Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Histoires à lire et à conter

Histoires à lire et à conter

Tout le monde aime la mer. L'eau tiède et le sable chaud, les vagues qui t'éclaboussent et parfois te roulent avant de t'emporter. L'écume qui reste sur ta peau et laisse éclater ses bulles. Mais pour moi, la mer c'est aussi un pont. Un chemin vers les étoiles lointaines qui se reflètent dans l'eau comme des diamants. Une masse bleue, ou verte, ou grise, grouillante de vie et de rêves. Les rêves des terriens qui n'ont jamais osé aller dessus. Les rêves des marins qui ne sont pas encore allés assez loin !

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #Jeunes talents
VITALTEST I de Clara Suchère

Le premier roman d'une jeune fille qui a beaucoup d'imagination et de talent.

À encourager !

2167. Milly, Lauryn, Julien ont quinze ans. L’âge où ils doivent subir leur Vitaltest, un lâchage initiatique dans un lieu inconnu. Ils n’ont pour tout bagage et toute arme que leurs vêtements et le cristal représentant l’élément sur lequel ils détiennent un pouvoir tout neuf.

Arriveront-ils à se retrouver et à s’organiser pour survivre ? Le mois que va durer leur test ne risque-t-il pas de se transformer en vrai cauchemar pour ces jeunes citadins peu habitués à vivre en pleine nature ? L’air, l’eau, la terre et le feu, qu’ils maîtrisent à peine, seront-ils pour eux un appui ou, au contraire, des armes au service des pulsions de mort qui pourraient en habiter certains ?

Ce que l’on sait, c’est qu’ils sont loin, très loin, d’être au bout des surprises qui les attendent.

¯ ¯ ¯¯ ¯ ¯

 

Clara Suchère a commencé à écrire Vitaltest à quatorze ans. Elle en a seize, aujourd’hui, et prépare un bac scientifique. Elle est passionnée de montagne, de lecture et, bien sûr, d’écriture.

Sans repères est le premier tome d’une saga  Fantasy où la magie ne résout pas tous les problèmes. Le courage, l’amitié et la solidarité seront confrontés à la haine, la manipulation et l’égoïsme… Un mélange inquiétant de beauté lumineuse et de noirceur.

 

à paraître le 20 avril 2015 chez Yucca Éditions
Roman fantasy 135 x 215, 296 p. ISBN 979-10-94140-01-7.
En vente partout 

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #Regard sur ce pauvre monde
La fille sur la plage

Le péché n’est pas dans le cœur de la fille qui se promène nue, mais dans l’œil qui la regarde comme un morceau de viande destiné à assouvir sa faim.

Regard sur ce pauvre monde © Daniel Pagés, 2015

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !

Étrange est la vie.

Mille fois, elle est passée à côté de la mort. De vagues en tempêtes. Mille fois les sirènes l’ont laissée continuer sa route.

Elle est partie hier dans un fracas d’acier et de feu.

Florence Arthaud, sur X-Perimental, 1e Route du Rhum 1978

Florence Arthaud, sur X-Perimental, 1e Route du Rhum 1978

J’ai toujours à l’esprit sa silhouette - larges épaules et cheveux bouclés - sur le petit monocoque qu’elle a mené à la 11e place sur la première Route du rhum. Ses vingt ans qui promettaient d’autres victoires. Qui nous faisaient rêver. Elle ne nous a pas déçus.

J’ai toujours à l’esprit une dernière image. Quelques années plus tard. Le sourire sur son visage taché de soleil. Au milieu de ses frères marins, tous assis à table sur le rempart dominant la Méditerranée. Dans la douceur d’un soir de fin d’été. Elle a levé la bouteille vide qui se trouvait devant elle. « Du rouge, s’il te plait ! »

Bonne mer et bon vent !

Bon voyage, Flo…

 

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #livres à venir
Le suroît hurlait dans la mâture...

[…]

      Ilan allait sur ses treize ans, mais n’avait pas encore beaucoup grandi. C’était un Breton pure souche aux cheveux noirs et aux yeux bleus, avec des taches de rousseur sur le nez et les pommettes. Il naviguait sur Beau-Parleur depuis plus de trois ans et connaissait par cœur la route des îles. Il avait hâte de quitter la côte bretonne et les eaux d’Europe pour retrouver la douceur du Sud.

     Il fit une ronde au bout d’une heure et ne voyant rien d’inquiétant, s’assit dans un recoin à l’abri du vent. En s’enroulant dans la toile, il arrêta vite de claquer des dents et se réchauffa un peu.

     Le sommeil le prit par surprise. Lorsqu’il émergea de son rêve, une demi-heure plus tard, il ne se rendit même pas compte qu’il avait dormi. Le fanal qui se balançait doucement à la grande vergue était éteint et un juron lui échappa. Le mousse mit en place une bougie neuve et dut se cacher sous la toile pour la rallumer. Il monta ensuite vérifier le sablier. En tendant l’oreille, il s’assura que tout allait pour le mieux.  La nuit s’était épaissie et on n'y voyait pas à trois pas. Tout le gréement vibrait, mais aucune voile, aucun cordage ne battait. La marée ne semblait pas vouloir baisser bien vite et, sur le quai, les gros câbles goudronnés et graissés tenaient bon. Il ne lui restait plus que quelques minutes à résister avant de descendre retrouver la douce chaleur du poste d’équipage.

     Il n’avait pas vu passer, à quelques pas de lui, une ombre souple qui avait pris pied sur le pont et s’était glissée dans l’écoutille à demi ouverte au centre du navire.  […]

Nouveau roman en cours. À suivre...

Voir les commentaires

Hébergé par Overblog