Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Histoires à lire et à conter

Histoires à lire et à conter

Tout le monde aime la mer. L'eau tiède et le sable chaud, les vagues qui t'éclaboussent et parfois te roulent avant de t'emporter. L'écume qui reste sur ta peau et laisse éclater ses bulles. Mais pour moi, la mer c'est aussi un pont. Un chemin vers les étoiles lointaines qui se reflètent dans l'eau comme des diamants. Une masse bleue, ou verte, ou grise, grouillante de vie et de rêves. Les rêves des terriens qui n'ont jamais osé aller dessus. Les rêves des marins qui ne sont pas encore allés assez loin !

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !

ganoubre neige

 

 

  Cette nuit, Le Vent s’est levé sur la montagne. C’est comme ça qu’on le nomme, ici, Le Vent.
    Il apporte la douceur amassée en survolant la Méditerranée. En bas, on l’appelle Le Marin, il abreuve les vignes du Pays Bas. Il déchaîne l’orage et les gouttes tièdes qui font pousser les cèpes dans les forêts du Haut-Languedoc. D’autres le disent Vent d’Autan, il rend les femmes folles et emporte la terre trop fine des labours de l’automne…
   Ce matin, il a commencé à ramollir la neige, à la transformer en gouttelettes qui dégringolent du haut du clocher de Tournadous. Dans deux jours, il l’aura toute dévorée et recrachée dans la rivière. Alors, il se rendormira en attendant qu’un coup de froid vienne surprendre à nouveau le pays et qu’on l’appelle à l’aide…

 

Photo Ganoubre, 27 décembre 2010

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !

folie

 

 

Regarde-toi dans un miroir et plonge jusqu'au fond de tes yeux... Là, tu pourras lire les mille folies qui t'habitent et te permettent de vivre heureux quand tout s'écroule autour de toi. Quand l'horreur et la mort te guettent. Quand les mains décharnées et sanglantes se tendent vers toi. Quand une puanteur sans nom se répand sur le monde et remplace le parfum des fleurs d'antan.

 

(Une pensée pour Céline, 27 décembre 2010)







Image empruntée sur le web : Frank

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !

 

  « Eh oui, mes bien chers frères… vous l’avez remarqué. Chaque voix qui s’élève sous le porche et dans la nef de cette cathédrale obtient un écho qui l’amplifie… Elle arrive plus forte aux oreilles du Seigneur ! »
   Le prêtre repose ses mains sur le pupitre et tend l’oreille en penchant la tête, comme pour vérifier si la dernière cascade de mots qui ricochent sous la voûte montent bien jusqu’au ciel.

ange
   « Ahah ! il y croit toujours, le curé ! dit Eléonor très fort dans mon cou.  Et pourtant, le vieux barbu, là-haut, a autre chose à faire qu’écouter nos prières. D’ailleurs, à la première volée de cloches, il s’est bouché les oreilles avec des boules de cire pour ne plus entendre les bruits d’en bas. Regarde ! Installé à la romaine sur son divan moelleux, il gobe les raisins d’or qu’une servante laisse pendre au-dessus de sa bouche… Comme le pompon à portée des enfants, sur les chevaux de bois. Et de l’autre main... regarde, regarde ! Il caresse la croupe offerte d’un ange à peine nubile ! Tu ne crois quand même pas qu’il a le temps de s’intéresser à nos misères, en haut de son nuage ! »


   « Tu blasphèmes, diablesse, tu blasphèmes ! »
    La voix de la vieille femme qui désigne mon amie à la vindicte des paroissiens jaillit tellement perçante que l’assemblée entière se retourne vers elle. Le clerc en robe blanche sursaute devant son lutrin. Bien évidemment, la voûte de la cathédrale ne manque pas de renvoyer, comme un reproche supplémentaire, l’écho de son dernier mot… « blasphème, blasphème, blasphème… » Pour sûr, Dieu ne va pas manquer de s’inquiéter !

Pardon pour cet ange volé sur le web ! Et Joyeux Noël !


Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vient de paraître

 

plaine de rosas vues du castell Sant Salvador

     Le castell de Sant Salvador domine le monde. Un œil sur la France  et l’autre sur l’Espagne. Les racines bien plantées en Pays Catalan. Quand la tramontane souffle, l’hiver, on y trouve quelques petits coins à l’abri où le soleil brûle toujours. Où le soleil vous ramène le souvenir de l’été en pleine face. La vieille pierre vibre sous les assauts du vent. Pourtant, elle résiste.

   Les siècles ont passé. Les hommes ont dégringolé les pentes abruptes pour se cacher dans la vallée. Pour se rapprocher de la mer. Ils ont abandonné les terrasses qu’ils avaient construites pierre à pierre. Goutte de sueur après goutte de sueur. Ils ont laissé les jardins et les vignes qu’ils avaient tant choyés, pour trouver de la terre plus douce. Il ne reste de-ci, de-là, que quelques oliviers sans âge que le vent et le feu ont épargné et qui plongent leurs racines au cœur de la montagne.

Voyage au pays de  Clara des tempêtes
La baie de Rosas du Castell de Sant Salvador, Novembre 2010 


Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !

parc-huitres.jpg

 

 

–– Les huîtres grelottent à chaque marée basse.  
–– Non, elles claquent des dents, conteste l’étoile de mer qui vit au coin du parc. Imagine, elles sont bien grasses et prêtes à passer tranquillement l’hiver et voilà que les journées raccourcissent et le temps se refroidit…
–– C’est bien ce que je dis : elles souffrent du froid !
–– Non, tu n’as rien compris, elles ont la trouille ! Depuis des années, elles ont compris que quand la nuit commencer à durer autant que le jour et qu’il fait de plus en plus froid, ça va être leur fête !

Spécial dédicace Noël aux amis ostréiculteurs d'Oléron

 


Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !
Daniel Pagés, Oléron
-- En face, l'Amérique ! Tu ne vois pas la statue de la liberté, là bas dans la brume ?
Je la montre du doigt... Beaucoup d'enfants cherchent sur l'horizon. Certains adultes aussi...

Mais il y a toujours un des petits qui raille :
-- Beeuuuh ! on peut pas la voir !
-- Et pourquoi donc on ne pourrait pas voir New York puisque c'est juste en face !
-- C'est beaucoup trop loin !
-- Mais non, même avec une longue vue on pourrait pas, se moque le futé de service. Les autres le regardent indécis.
-- C'est parceque la terre est ronde !

Et là, je suis bien obligé de faire une démonstration avec la première tête qui me tombe sous la main...

Leçon de géographie, Oléron, printemps 2010

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vient de paraître

Clara des tempêtes, roman

  

"Je viens de terminer le roman de Daniel Pagés les larmes aux yeux, tant l'histoire de cet amour perdu puis retrouvé dans les couloirs du temps est bouleversante d'humanisme... Cet humanisme de plus en plus absent dans nos froides sociétés.

   Ce roman est comme un rayon de soleil, celui bien chaleureux du sud, et plonger dans ses pages fait un bien fou, en ces jours de froide grisaille. Je l'ai quasiment lu d'un trait, tant l'histoire est prenante, son intrigue bien menée. Et puis il y a ses personnages, qui prennent vie au fil des pages, que l'on regrette de quitter une fois la lecture achevée... Quand on arrive à se souvenir des personnages d'un roman comme s'il s'agissait de personnes réellement vivantes, c'est que le livre est bon. Quand une fois refermé il continue de nous accompagner en pensée, comme une petite musique entêtante, c'est qu'il a ouvert une porte sur le rêve. Daniel possède un indéniable talent de conteur, pour notre plus grand plaisir.

   En lisant "Clara des tempêtes", j'ai moi aussi fait un voyage dans le temps, me retrouvant enfant, émerveillée à la lecture des livres de la bibliothèque rose, puis verte... Merci Daniel, pour ce pur plaisir de lecture ! Et vous autres qui passez par ici, n'hésitez pas à partir à la recherche de Clara. Vous ne regretterez pas le voyage..."

Marie Canovas Bonnet    http://a-la-noire-fontaine.skyrock.com/

Commander Clara des tempêtes


Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !

Vallée Gijou neige

 

 

 

 

   La campagne a pris un coup de blanc. Ce sont des choses qui arrivent quand vient l’hiver. La neige s’est collée aux branches des arbres. Elle a couvert les labours et a demi enfoui l’herbe encore verte de l’automne. Les bouleaux n’en reviennent pas. Ils n’ont pas eu le temps de laisser s’envoler leurs petites feuilles jaunes et frissonnent dans la bise qui mord. Le soleil joue à cache-cache derrière les nuages, inondant le paysage de lumière.
   Ce soir, les étoiles viendront allumer des milliers de cristaux blancs. Le seul vrai décor de noël scintillera de tous ses feux dans la montagne.

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !

 

Crozon29-11-10

 

 

 

   Crozon en mode hiver. Les hermines on rangé leur maillot deux-pièces blanc dans un tiroir et ont verrouillé la porte de leur terrier. Le nez bien au chaud dans le ventre de la terre, elles dorment. 

   La plage est vide. Même les bernard-l’ermite sont rentrés dans un grand sommeil au fond de l’eau, laissant la marée basse aux coquillages vides et aux algues décrochées par la tempête des jours d’avant.

   Des jours d’avant le gris plombé qui a défroissé les vagues. Des jours d’avant les flocons blancs. Des jours d’avant la gelée qui raidit tout à terre et enferme les hommes dans leurs boîtes surchauffées.

 

Presqu'île de Crozon, 29 novembre 2010

Voir les commentaires

Hébergé par Overblog