Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Histoires à lire et à conter

Histoires à lire et à conter

Tout le monde aime la mer. L'eau tiède et le sable chaud, les vagues qui t'éclaboussent et parfois te roulent avant de t'emporter. L'écume qui reste sur ta peau et laisse éclater ses bulles. Mais pour moi, la mer c'est aussi un pont. Un chemin vers les étoiles lointaines qui se reflètent dans l'eau comme des diamants. Une masse bleue, ou verte, ou grise, grouillante de vie et de rêves. Les rêves des terriens qui n'ont jamais osé aller dessus. Les rêves des marins qui ne sont pas encore allés assez loin !

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vient de paraître
Les oiseaux du diable

[...]

 

    Une vague plus grosse fit faire une embardée au grand voilier et, à la hauteur où ils étaient perchés, la jeune fille eut l’impression que le navire allait se coucher. Elle s’agrippa vivement aux cordages qui couraient le long du mât en poussant un petit cri.

    — C’est la houle qui nous balade un peu, rien de grave. Elle est en train de s’aplatir. Suffit de sentir le mouvement et de bien se cramponner, lui expliqua le mousse. Quand tu es dans la mâture, si tu tombes sur le pont, tu te brises en mille morceaux. Si tu tombes dans la mer… il y a de fortes chances qu’on n’arrive pas à te récupérer. Donc tu n’as pas le choix, faut bien t’accrocher.

    — Grigou m’a fait grimper avec lui jusqu’à la vergue du perroquet, avant-hier. « Une main pour toi, une main pour le bateau… souviens-toi de ça, c’est ce qu’on essaie de faire dans le gros temps. Malgré ça… » Il n’a pas fini sa phrase, mais après un moment de silence, il a ajouté : « toi, surtout… personne n’aimerait te voir t’envoler, ici ! »

    Ilan resta songeur un instant. Lorsqu’on travaillait tout en haut, on ne pensait jamais à ça. On n’y monterait plus, sinon. Si on tombait, on accusait le mauvais sort, la maudite tempête, mais c’était juste que son heure était venue de faire son trou dans l’eau.

    — Tant qu’il fait à peu près beau, ça va. Mais dans le sale temps, ils s’accrochent aussi avec les pieds, les gabiers… C’est pas pour rien qu’on les appelle les oiseaux du diable !

 

[...]

Page 56-57, Les Orphelins du Scorff - I - La cale aux rats

 

 

Voir les commentaires

Hébergé par Overblog