Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Histoires à lire et à conter

Histoires à lire et à conter

Tout le monde aime la mer. L'eau tiède et le sable chaud, les vagues qui t'éclaboussent et parfois te roulent avant de t'emporter. L'écume qui reste sur ta peau et laisse éclater ses bulles. Mais pour moi, la mer c'est aussi un pont. Un chemin vers les étoiles lointaines qui se reflètent dans l'eau comme des diamants. Une masse bleue, ou verte, ou grise, grouillante de vie et de rêves. Les rêves des terriens qui n'ont jamais osé aller dessus. Les rêves des marins qui ne sont pas encore allés assez loin !

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !

 

Longtemps, j’ai essayé de voler.

Mais une attraction trop forte me gardait prisonnier de la terre.

M’empêchait de décoller, comme si un élastique me retenait.

J’ai des souvenirs de frustration épouvantable au réveil. J’arrivais parfois à faire quelques mètres en me concentrant, mais mon corps était trop lourd.

Dans la mémoire liée à mes rêves, cette période a duré des années.

J’ai abandonné.

J’ai rêvé d’autre chose. Je ne crois pas que je réussissais mieux.

 

Puis une nuit, je me suis aperçu qu’il suffisait que je serre les dents, que je vise l’endroit où je voulais me rendre et que je reste concentré : mon corps avait perdu son poids. Bien sûr, cela demandait un effort pour atteindre une hauteur certaine et elle faisait palpiter mon cœur et serrait mon ventre, cette peur à circuler si haut. Il fallait jouer entre les arbres. Trouver le chemin à vingt mètres du sol. Rester fortement concentré sur le parcours, la trajectoire.

L’atterrissage, je ne m’en souviens pas. Jamais. Je crois qu’il n’était pas compris dans le prix du voyage. Ou que le vol avait été si épuisant que je me réveillais avant.

Cependant, mes voyages aériens avaient des limites exiguës. Cet espace du possible, j’en ai vite fait le tour. À ce moment-là, aussi, je crois que je me suis mis à rêver d’autres aventures. Rêves roses ou cauchemars, plus besoin de décoller et de planer.

 

Et puis la nuit dernière, il m’est arrivé une aventure peu ordinaire.

Je devais être quelque part au pied des montagnes que vont parcourir les héros de mon roman en cours. C’est peut-être comme ça que tout a commencé. Quelqu’un m’a parlé d’un petit lac enchâssé au sommet.

Et je suis allé voir.

Sans me poser de questions, j’ai pris mon envol presque verticalement le long d’un versant escarpé couvert d’arbres. Une pente vert sombre. Très vite, je me suis retrouvé plus haut que le sommet et, en dessous, scintillait une surface liquide qui ne ressemblait en rien aux lacs de montagne que je connaissais. Des rives aux fines plages de sable doré s’arrondissaient autour d’une étendue d’eau à la transparence bleutée, par endroits, ou vert émeraude, ailleurs. Des couleurs de mer du Sud.

J’ai avancé et c’est là que j’ai commencé à sentir mon estomac se serrer. Le lac était immense et plus je planais au-dessus, plus je lui découvrais des criques cachées par des pans de forêt, de nouvelles branches qui s’allongeaient jusqu’à l’horizon.

C’est là que j’ai commencé à avoir peur. Peur de fatiguer et de chuter. De me perdre et de ne jamais retrouver le pied de la montagne et les gens qui y attendaient le récit du voyage.

 C’est là que mon esprit a coupé le rêve.

Atterrissage sur mon matelas, la chute n’a pas été violente.

Mais parfois, émerger d’un beau rêve peut être douloureux…

Commenter cet article

Hébergé par Overblog