Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Histoires à lire et à conter

Histoires à lire et à conter

Tout le monde aime la mer. L'eau tiède et le sable chaud, les vagues qui t'éclaboussent et parfois te roulent avant de t'emporter. L'écume qui reste sur ta peau et laisse éclater ses bulles. Mais pour moi, la mer c'est aussi un pont. Un chemin vers les étoiles lointaines qui se reflètent dans l'eau comme des diamants. Une masse bleue, ou verte, ou grise, grouillante de vie et de rêves. Les rêves des terriens qui n'ont jamais osé aller dessus. Les rêves des marins qui ne sont pas encore allés assez loin !

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !
Dimanche 10h
Julien me descend en motoneige dans un paysage en vert épicéa et blanc.
Mon sac, mon ordinateur et quelques bricoles trouvent encore leur place dans l'Express déjà chargée à bloc. Il neige toujours et il est tombé plus de 60 cm de bonne poudreuse en 36h.
Juste dégager la neige du pare-brise et du capot pour pouvoir sortir du petit parking.
Le chasse neige est passé jusque là.

En dessous de St Pierre, à peine quelques traces de neige boueuse sur le bitume. Ce qui n'empêche pas les citadins aux pneus lisses, qui montent en station, de glisser dans tous les sens. Ils s'arrêtent donc n'importe où, pour tenter d'installer leurs chaînes, ce qui transforme la descente en slalom spécial.

Le pays est blanc presque jusqu'au Rhone. J'ai choisi de ne pas prendre l'autoroute et de couper tout droit vers le Berry ou je compte faire étape quelques jours. La route de l'Ardèche vers Saint Étienne est magnifique. Je retrouve la neige accrochée sur les arbres dans le Forez, et la route blanche au col de La République.

Le soleil et un demi ciel bleu m'accueillent dans le centre et rendent agréable la dernière heure de parcours.
Étrange, ce monde vert, marron et gris, bleu et doré. Plus de blanc.
J'ai retrouvé la planète ordinaire, le bruit des véhicule, les villes tentaculaires aux banlieues hideuses.
Le vrai monde, quoi !

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES

Bientôt deux mois...
Chaque matin, la splendeur du paysage avec sa lumière de chaque jour, de chaque heure.
Mais chaque matin, il faut se lever avec les soucis multiples dans la tête, les problèmes à règler devant les yeux. Très vite, on ne voit plus rien.
Alors, vivre ici sans jamais pouvoir profiter du paysage... non !

Vivre ici sans jamais avoir le temps de lire, d'écrire, de tenir à jour ce blog... non !
Ne plus dormir parce que le cerveau n'arrive pas à effacer, pendant six heures, les tracas du travail... non !

Vendredi, j'arrête ! Je retourne vers l'océan. Je retourne vers les enfants à qui je raconterai mes histoires. Je retourne aux livres en cours.
Je retourne travailler sur l'île d'Oléron.

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES





Avec mes meilleurs voeux à tous,
une photo de mon nouveau royaume...
(photo Jordi Pagés)

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !




Les sports d'hiver, c'est bon pour la santé !

Les sports d'hiver, ça réchauffe !
Regardez, par exemple, Marie et Julien, en plein travail...

Ont-ils l'air d'être malheureux pour leur premier jour de travail ?











Des heures à déneiger la terrasse, puis l'escalier et la
descente vers l'entrée du bas, ils ont déjà pris des couleurs ! Je leur ai donné un petit coup de main, bien sûr, fallait bien que j'en profite un peu !










Puis à  cinq heures, quand le soleil à mis le feu aux cîmes enneigées, le nuage a pris du volume dans la vallée, un moment magique...

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !

Et voilà ! Quelques photos du chalet pour vous donner un avant goût.

OK, je les ai piquées sur le site de Balaruc Vacances Loisirs, mais je les remplacerai bientôt par des photos bien à moi.

Au milieu des pistes. Pour y accéder en saison d'hiver, il faut prendre les oeufs, et redescendre quelques centaines de mètres à ski ou à pied.


Demain, pour monter, je crains que déjà le chalet ne soit inaccessible et qu'il faille charger mes affaires dans la motoneige pour arriver jusqu'en haut. Il a neigé plusieurs fois ces jours-ci...


C'est beau ! Espérons que le boulot me laisse le temps de profiter de la vue sur le massif de la Chartreuse...

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #livres à venir

Avant tout, relisez donc les articles       Laura      puis    Laura, la suite ...

   

Port Vendres, fin mai 2008. Laura rejoint au crépuscule sa crique préférée à Paulilles. Elle tente la baignade dans l’eau encore fraîche. Tout à coup apparaît une magnifique goélette. Normal, me direz-vous, la baie est un bon abri pour les navigateurs !


Mais lorsque le fin bateau blanc s'évapore, comme par pur enchantement, la jeune fille commence à se poser des questions, des tas de questions... D’autant que chaque soir, le même scénario se répète au premier éclat du phare. Sa curiosité s’aiguise et elle va mener l’enquête, accompagnée de son ami Alex. Une enquête qui va les entraîner loin, très loin, dans l'espace et dans le temps, sur la trace de Clara.


Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !
 Deux titres complets et gratuits à télécharger sur leur nouveau site  : http://www.noirdez.com/
« Gagnants / Perdants » et « Le temps des cerises »

Une partie du commentaire de Noir Désir :

La chanson, « Gagnants / Perdants » a été enregistrée par Noir Désir, en réaction au contexte actuel, politique et humain dans toute l’acceptation du terme. Impossible d’attendre pour la mettre à disposition.

De la même façon ,« Le temps des cerises » est né d’un désir subit, d’une urgence, même, il ne s’est pas passé 24 heures entre le fait d’y penser et la fin de l’enregistrement. Sa réalisation avec les personnes qui étaient là dans l’instant est le fruit du naturel, de l’amitié, de l’amour de la musique et de la conscience de ce que représente cette chanson symboliquement dans une époque comme la nôtre aux antipodes de ce fameux « Temps des cerises ».

Allez-y, téléchargez* et diffusez ! Pour moi, c'est très beau et très fort, et on a, plus que jamais, besoin d'eux !

* Téléchargement un peu lent... Tout le monde est entrain de télécharger les deux morceaux, patience !

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Cinq ans que je cherchais ce genre de job, responsable d'une structure accueillant des enfants.
Ben là, apparament, c'est gagné ! Au premier décembre, je prends la direction d'un centre de vacances à Saint Pierre de Chartreuse, au nord de Grenoble. un petit chalet de 56 places, au milieu des pistes, inaccessible par la route en saison d'hiver. Classes de neige et classes vertes, colonies de vacances, et de temps en temps des familles.
Gros boulot pour démarrer, mais avec le soutien de l'association qui gère, et de la mairie de Balaruc les bains qui en est propriétaire, ça devrait aller...

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !
La mer, vue de la plage, vous connaissez ! Mais avez-vous déjà navigué dessus ? Avez-vous déjà senti sous vos pieds les mouvements d’un bateau qui taille sa route dans les vagues ? Le vent qui gonfle les voiles et le fait pencher comme pour prendre de l’élan ?



Embarquez ! Sophie est là qui tient la barre. Nous sommes au début du mois d’août, le long de la côte catalane, côté Espagne. La brise a bien voulu se lever à onze heures. La Méditerranée est calme et bleue. Polynia tangue doucement. On n’entend que le glissement de la carène dans l’eau et les vibrations de la grand-voile.






Nous arrivons à Cadaquès. Le soleil descend derrière le village blanc. L’ancre va s’accrocher dans le fond sablonneux, près de la côte, à l’abri de la tramontane. Imaginez ! Le voilier se balance mollement au milieu d’une piscine d’eau bleu turquoise ! Il ne reste plus qu’à sauter en plein milieu pour se rafraîchir…

Ce soir, après une bonne bière sur la place du village blanc, nous rentrerons à bord. Très vite, nous nous endormirons, bercés dans le ventre de Polynia. Demain, une longue route nous attend.

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !
Samedi soir après le stage je suis rentré chez moi, cassé, crevé. À 23 h, je dormais, et je me suis péniblement tiré du lit le lendemain à 10 h 30. Normal, je sais, je ne suis pas le seul !
Dimanche en début d’après-midi, déjà le départ. L’orage gronde sur la montagne, mais je dois descendre chez des amis au nord de Montpellier d’où je partirai très tôt le matin pour monter dans les Alpes : à 11 h lundi, j’ai un rendez-vous pour un deuxième entretien d’embauche.
C’est un poste de directeur d’un centre de vacances recevant le plus souvent des enfants en colo ou classes de neige et parfois des familles qui est proposé, et j’ai quelques chances de l’avoir.

On dirait que, pendant une vingtaine d'heures, le sort  s'acharne sur moi... qu'en pensez-vous ?
la suite Série noire, le destin de Daniel

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !
He oui !
Quand on a eu passé le dernier stagiaire à la moulinette, avec Soreya, samedi à cinq heures, je n’ai pas pu les laisser partir comme ça… Les parents qui attendaient n’ont pas dû comprendre.

Retour dans la salle. Sandrine a fermé les portes coulissantes, nous soustrayant au regard des familles. J’ai acquiescé. Oui, c’était un dernier moment entre nous, privé, secret ! Un petit discours, un merci à tous, et quelqu’un a posé ses mains sur les épaules de ses voisins. Et tout naturellement, le cercle magique s’est formé. Puis, dernier acte, l’un d’eux  (c’était peut-être une, je ne sais plus) a lancé la chanson des crocodiles, tout le monde a chanté. Des bisous à tous, quelques larmes prestement essuyées, et c’était fini. Chacun est reparti dans sa vie à lui, dans son monde, si loin du tourbillon d'émotions de cette semaine.

Mais je sais -- j’y crois-- que ce stage a été une petite étincelle dans la vie de six garçons et quatorze filles. Soreya et moi avons gagné. Nos quinze heures de travail par jour pendant huit jours, ce n’était pas pour du beurre.
Une grande flamme commence toujours par une petite étincelle… 

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !
Samedi 14 h 30


20 stagiaires sont réunis au Domaine du Somail pour faire une formation d'animateur pendant cette semaine de vacances scolaires. Ils sont là, un peu timides.
Papa et maman resteraient bien encore un peu. pour les surveiller, les couver encore un peu ? Ou peut-être même, pour certains, un peu jaloux de leurs enfants... ils aimeraient bien participer au stage ?

Ouf, ça y est... Soreya et moi les avons tous devant nous, tellement jeunes, entre 17 et 18 ans, pour la plupart ! Mais ils ont une bonne tête, ça démarre !
La semaine sera bonne. Le soleil est de la partie, notre hotel *** est à nous tous seuls, quel luxe !


Je vais commencer par leur exposer le dramatique problème qui se pose aux grenouilles... Quoi ? Vous n'êtes pas au courant ?

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !

Depuis le début de l'été, j'avais envie de capturer des papillons.

Capturer plusieurs de ces insectes fragiles et éphémères dans mon appareil photo, bien sûr.

Alors j'ai pris mon numérique et je me suis mis en chasse. J'ai couru, j'ai guetté, j'ai poursuivi, je me suis approché à pas de loup... trop tard ! Le papillon était déjà reparti ! Je ne vole décidément ni assez vite, ni suffisamment discrètement.

Je me suis vite découragé. Les semaines ont passé et j'ai pensé à autre chose.

Puis un jour de la fin du mois d'août qui ressemblait un peu à l'été, en plein midi, des dizaines de papillons aux superbes couleurs ont profité du soleil pour venir déguster les reines-marguerites fleuries au bord de la route, près de la maison.

Étrangement, ceux là ne fuyaient pas, occupés qu’ils étaient à se repaître du nectar des fleurs.

J’ai pu les mettre en boîte, délicatement.

    J’en relâche un, ici, ce matin, histoire de rajouter un peu de couleur à la semaine qui commence…

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vient de paraître
Trop bon, l'éditeur ! Vous pouvez lire les deux premières histoires de mon petit livre Histoires bleu marine sur goggle books. Je vous donne le lien direct : Histoires bleu marine, googlebooks
Pour avoir la suite, vous trouverez les liens vers les librairies sur place, ou ici, dans mes articles précédents.

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !
Trois jours que ma connexion est impossible ! J'essaye de ne pas être esclave de l'internet, mais que voulez-vous, quand on a commencé à écrire dans un blog, ça devient indispensable !
Et voilà ! Après l'eau courante, l'électricité, le téléphone portable et l'ordinateur, voilà un cinquième esclavage, la connexion qui me lie au monde du net.
Comment ? Vous dites que j'en ai oublié au moins une ? Ah ! La petite lucarne qui permet de suivre pas à pas le périple et les farces d'un petit homme agité qui se prétend le sauveur du monde ! Ben non, celle là, je m'en passe aisément. je dirais même plus, elle n'existerait pas, ça n'en serait que mieux...

Tiens, ça me fait penser... Grâce à la panne d'internet, je viens de finir de lire un livre qui m'a laissé un grand bonheur !
L'ombre du vent, de Carlos Ruiz Zafon, (prix Planeta 2004)
à nouveau disponible en poche j'ai vérifié sur Alapage ( lien sur le titre)
Merci à Esteve (prof de psycho catalan exilé chez les Cht'i) qui me l'avait recommandé, et à Guytou, (chercheur... de financement pour la recherche, à l'Inserm) qui me l'a prêté il y a un mois...

Allez ! N'hésitez pas ! Balancez la télémerdouille par la fenêtre et lisez !

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 > >>

Mes livres

Lo nadal dels lops

Histoires bleu marine

Clara des tempêtes

L'île secrète

Les trésors d'Ismeralda

Jordi Pescaluna (FR)

Jòrdi Pescaluna (OC)

Les secrets d'Escondida

La Forge des mensonges

Les Orphelins du Scorff
T1 – La Cale aux rats
T2 – Le Cimetière de Creepy-Bay
T3 – L’Héritage du Capitan
T4 – Les Larmes de Fura

Des cris dans l'écume

Les Trois filles du Capitaine Imanol
1 - Les Prisonniers de Mohína
 

Hébergé par Overblog