Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Histoires à lire et à conter

Histoires à lire et à conter

Tout le monde aime la mer. L'eau tiède et le sable chaud, les vagues qui t'éclaboussent et parfois te roulent avant de t'emporter. L'écume qui reste sur ta peau et laisse éclater ses bulles. Mais pour moi, la mer c'est aussi un pont. Un chemin vers les étoiles lointaines qui se reflètent dans l'eau comme des diamants. Une masse bleue, ou verte, ou grise, grouillante de vie et de rêves. Les rêves des terriens qui n'ont jamais osé aller dessus. Les rêves des marins qui ne sont pas encore allés assez loin !

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !

Le moins qu’on puisse dire c’est que cette loi HADOPI,est une grosse machine. Surveiller les connexions internet de 40 millions de Français pour éviter qu’ils copient des fichiers illégalement… Faudrait au moins créer l’équivalent de la NSA américaine.

Alors pourquoi Sarko s’obstine-t-il à faire passer ce texte ? Bien sûr, officiellement, pour ses petits copains des grosses maisons de production qui voudraient gratter quelques millions de plus…

Mais, ceux qui piratent achèteraient-ils musiques et films ? Non, personne ne croit à l’efficacité d’une telle réglementation. Et eux non plus, ils sont intelligents.

 

Mais là, si je me laisse aller à mes fantasmes paranoïaques, je me fais peur…

Imaginez qu’on mette en place une belle machine qui soit capable de surveiller tout ce qui passe par votre connexion… vos téléchargements, vos mails, les pages que vous visionnez, tout, quoi !

Ajoutez à ça toutes les caméras qui enregistrent vos déplacements, vos rencontres et les bisous que vous donnez à vos petites amies dans les coins sombres… De quel beau fichier disposeraient Sarko et ses sbires sur les Français !

 

Trop parano, mon frère !

 

 

 Dessin volé sur la page de 18INFO lien ci dessous pour me faire pardonner

1226 caméras vidéos seront installées dans les rues de Paris fin 2010.

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !

Juin 2005. Une cala déserte au nord de l’île de Menorca.

 

Nous sommes en train de prendre un petit déjeuner froid, assis sur un caillou dominant la mer. Un mouvement en zigzag dans l’eau, en contrebas, à quelques mètres de la petite plage. Un poisson qui chasse ? Assez gros, alors. Et qui se déplace avec des à-coups. Nous descendons avec précaution. Ne pas donner l’alerte.

Rouge. La bête est rouge. Mais ce n’est pas un poisson. Un calamar de belle taille. Notre arrivée sur le sable n’a pas l’air de le déranger. Il continue sa poursuite. Mon vieil instinct me pousse dans l’eau. Je me positionne pour lui barrer le passage vers le large. Il panique un peu en découvrant la présence de cet animal étrange. Ses énormes yeux cherchent une issue. Il se dirige sur ma gauche. Pas de chance pour lui, c’est un cul-de-sac ! Coincé. Encerclé par des roches basses. Plus assez d’eau pour que sa propulsion soit efficace.

Je me jette sur lui, et saisis son corps des deux mains. Ne pas mettre mes doigts à portée de sa bouche, son bec est dangereux. Mais la bestiole n’est pas décidée à se rendre. Elle retourne ses tentacules vers mes bras. Le contact est rude et surprenant. Je lâche l’animal qui retombe dans la flaque qui l’a pris au piège.

Je souffle, j’y reviens. Le récupère solidement. Il agrippe mes poignets. Ses empreintes circulaires resteront gravées près d’une semaine. Je tiens bon. Il atterrit sur la plage.

Un morceau sur le grill. Pas terrible. Le reste est coupé en lanières, mis à mariner avec de l’ail, de la harissa et de l’huile d’olive. Juste quelques tomates rajoutées. Deux heures de cuisson à mijoter dans la seule casserole dont nous disposons. Sur un feu minuscule de racines de romarin.

La nuit est tombée depuis longtemps. Le calamar est cuit. Excellent ! Une bonne partie reste. Encore meilleur froid, le lendemain. Des tapas pour l’apéro du soir, devant un fabuleux coucher de soleil.

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !




 

 


Elle ne prend plus le temps de déguster la terre.

Depuis quelques années, elle la dévore à belles dents.

Elle avale le sable et en remplit son ventre.

Elle est gloutonne.














Les pins de la forêt ont pris leurs racines à leur cou.

Ils trébuchent et n’ont plus le choix.

Il faut fuir à la nage. Partir vers l’Amérique...

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !

Si vous transportez votre argent en grosses coupures, vous risquez moins de le dépenser. C'est la conclusion de deux chercheurs qui se sont livrés à une série d’expériences.[...]

 

Lire la suite de l'article de Guillemette Faure sur Rue 89

 

Excellente idée, me suis-je dit ! Voilà une solution à la crise... Puis tout à coup j'ai eu comme un doute... et plusieurs questions me sont venues à l'esprit.

Où puis-je trouver des billets de 100 ?

Je n'en ai jamais eu de ma vie ! Tu crois que mon distributeur peut m'en fournir ? Je ne crois pas. Donc je vais être obligé d'aller au guichet de ma banque ?

Le problème c'est que je n'ai pas 100 € sur mon compte !

Tu crois que le banquier va me refiler un billet si je lui dis que c'est pour faire des économies ?

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !



Petite étoile de mer
tombée du haut du ciel,
jetée sur une plage,
sur le sable, au soleil
 
Cinq bras
et mille pieds
ne te suffiront pas.
L’océan est cruel,
il t’abandonnera là.
 
Pour t’enfuir dans les vagues
quand la marée viendra,
appelle à ton secours
le regard d’un enfant,
une petite main…

 

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !





Jolies fleurs jaunes
en grappes au bord du chemin.
J'approche mon nez et je respire.
Un parfum de coco.
Aïe ! Ça pique !

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !

Conséquence des déclarations du Pape en Afrique la semaine dernière ? Difficile d'en être sûr.
Mais ce matin en allant faire mes courses j'ai aperçu à chaque caisse d'Intermarché à Dolus, sur l'expo habituelle de chewing-gum et autres sucreries, des boites présentoirs à préservatifs.
Belle initiative Inter ! et merci à Papi pour cette pub !
Ça me rappelle ce que me racontait un ami historien il y a quelques temps. Une histoire de Papes et de Cardinaux qui aimaient seulement les jeunes vierges et les enfants de coeur. Sûr qu'ils ne devaient pas utiliser des préservatifs... Mauvaise habitude !


Un petit dessin volé sur le blog du Monde. Mais pour me faire pardonner ce larcin je vous colle un lien vers le blog de Miette et ses dessins d'actualité, allez  le voir, ça vaut la visite !

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !



Sur le port de La Cotinière,

grosses chaînes et longs filets,

le chalut est roi.



Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !




Un étrange monstre

nous attendait,

à  la Pointe Espagnole.

Bras grands ouverts.

Accueillant, le bougre !

 



 

Les flaques ont des falaises,

des dunes humides

maculées d’écume.






 

La mer a joué

de mille doigts tourbillonnants,

quand elle s’est retirée.

 

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !



La vigne envahit chaque espace que le roc a bien voulu lui  laisser. Un sentier grimpe au milieu des chênes verts et des arbousiers qui se chauffent au soleil pâle de l’hiver. À l’ombre,  la tramontane retrousse les feuilles tremblantes de froid.

Tout en haut, Quéribus domine. Vertical. Personne ne l’a jamais fait plier. Le temps seul a réussi à l’atteindre, à lui faire perdre quelques pierres dorées

 


 

 

 

 

 

Le courant d’air hurle par ses meurtrières, entre dans la grande salle, s’enroule et danse autour du pilier. Quelque part, le fabuleux trésor des Cathares se cache. Il attend le printemps, pour livrer son secret.

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !


Retour à la maison. Maman retrouve son fils chéri qui lui a tant manqué durant la semaine.


–– Allez, raconte-moi ! Pendant ta classe de mer sur l’île d’Oléron, qu’as-tu vu d’intéressant ?

–– Heuuu… Fort Boyard !


Et voilà ce qui reste, dans une petite tête de 7 ou 8 ans, de cinq jours de découverte du milieu marin.


La grande dune de Saint-Trojan, la pêche à pied à Saint-Séverin, le déchargement du poisson à La Côtinière et des tas d’autres séances passionnantes, se sont effacés comme fumée dans la tempête.

Il reste Fort Boyard, pourtant aperçu, un instant, à plusieurs milles, dans une demi-brume…

 

Ah ? Vous croyez ? Le pouvoir de la télé ?

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !


Monsieur Bashung vient de partir.

Tout le monde savait qu'il ne tarderait pas, mais il avait eu la suprême élégance de venir nous dire au revoir et merci pour tout, la semaine dernière aux Victoires de la musique.

Le grand Jacques, Georges et Léo l'attendaient avec impatience, Il leur manquait un quatrième pour jouer aux cartes.





Si vous n'avez pas encore écouté son dernier album Bleu Pétrole, n'hésitez pas, c'est très beau...
Le site officiel d'Alain Bashung

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !

 

 

 


Dans le tronc noueux d’un vieux sureau a niché un petit laurier.

La graine s’était cachée dans son corps moussu, il y a bien des années. L’an dernier elle a germé.

Cinq feuilles vertes sont sorties. La pousse est mince et s’étire vers le soleil de midi.

Quelles sont ses chances de survie. Survivra-t-elle à la terrible sècheresse de l’été ? Échappera-t-elle au ciseau du jardinier ?

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !

Pendant que Nico et Carlita se prennent quelques jours de vacances bien mérités sur la côte mexicaine aux frais des contribuables (français ou mexicains, on ne sait pas trop...), le multinationales ne chôment pas. Et vas-y que je restructure, que je délocalise, que je ferme ton entreprise, que je te licencie !

Ouf ! enfin un bon prétexte pour virer tous ces fainéants de Français, d'Italiens, d'Espagnols, voire d'Allemands... Maintenant, au moins, personne ne va moufter !
Ce qui était impensable il y a un an, est devenu tout naturel. Ma pauvre dame, on fait ce qu'on peut ! C'est la crise !

 

L'an prochain, les actionnaires auront quelques % de plus.
Ce n'étaient que des bons à riens trop payés, tous ces salariés qui font la queue devant l'ANPE... qui n'a plus rien à leur offrir !

Voir les commentaires

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !

Faites le tour des tableaux arrière des bateaux dans les ports… On y trouve des noms très ordinaires, d’autres très poétiques. Prénom de l’être aimé ou des enfants adorés. Personnages de dessins animés. Noms d’îles lointaines, de terres inexplorées ou d’oiseaux exotiques. Poissons volants ou voyageurs…

En lisant le nom de chaque navire, vous allez peut-être deviner la portée des rêves de son propriétaire !


Il en est un qui m’est resté en mémoire, près de vingt ans plus tard. Un voilier de 10 m, dans un port de Bretagne du nord. Morlaix. Le port sous le viaduc. Il s’appelait île d’elle.

Sa coque était peinte d’une grande fresque. La mer, grouillante de vie. Une sirène nageait au milieu des poissons et des algues. Un peintre breton assez connu. Le seul problème c’est que du haut du mât jusqu’à la ligne de flottaison, la peinture était écaillée.

Île d’elle, quel joli nom ! Un rêve. Une fille à qui tu offres une île. Une île déserte, rien que pour elle et toi…

Île d’elle, je me demande toujours, vu l’apparence du voilier dix ans après, en quel état pouvait être l’Amour qui avait enchanté son baptême… écaillé, lui aussi ?

 

 

 


Azalais rentre d'une virée Normando-Bretonne, sur son blog quelques photos de vieilles coques qui ne naviguent plus mais ont trouvé un coin au calme pour passer leur retraite...

allez voir celle-ci, en particulier. L'endormi

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 > >>

Mes livres

Lo nadal dels lops

Histoires bleu marine

Clara des tempêtes

L'île secrète

Les trésors d'Ismeralda

Jordi Pescaluna (FR)

Jòrdi Pescaluna (OC)

Les secrets d'Escondida

La Forge des mensonges

Les Orphelins du Scorff
T1 – La Cale aux rats
T2 – Le Cimetière de Creepy-Bay
T3 – L’Héritage du Capitan
T4 – Les Larmes de Fura

Des cris dans l'écume

Les Trois filles du Capitaine Imanol
1 - Les Prisonniers de Mohína
 

Hébergé par Overblog