Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Histoires à lire et à conter

Histoires à lire et à conter

Tout le monde aime la mer. L'eau tiède et le sable chaud, les vagues qui t'éclaboussent et parfois te roulent avant de t'emporter. L'écume qui reste sur ta peau et laisse éclater ses bulles. Mais pour moi, la mer c'est aussi un pont. Un chemin vers les étoiles lointaines qui se reflètent dans l'eau comme des diamants. Une masse bleue, ou verte, ou grise, grouillante de vie et de rêves. Les rêves des terriens qui n'ont jamais osé aller dessus. Les rêves des marins qui ne sont pas encore allés assez loin !

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !

folie

 

 

Regarde-toi dans un miroir et plonge jusqu'au fond de tes yeux... Là, tu pourras lire les mille folies qui t'habitent et te permettent de vivre heureux quand tout s'écroule autour de toi. Quand l'horreur et la mort te guettent. Quand les mains décharnées et sanglantes se tendent vers toi. Quand une puanteur sans nom se répand sur le monde et remplace le parfum des fleurs d'antan.

 

(Une pensée pour Céline, 27 décembre 2010)







Image empruntée sur le web : Frank

Commenter cet article

Nicole 29/12/2010 12:46


bravo ! de pouvoir ainsi affirmer "je fais partie de ceux qui ne fuient pas"!.....je n'ai jamais certifié que tous les gens qui nous entourent ne combattent pas et je crois être suffisament bien
placée pour savoir ce qu'est le combat contre la souffrance et la mort.
Mais l'investissement à cent pour cent je ne connais pas encore, l'homme a ses forces et ses faiblesses et les reconnaître fait déjà partie du début du combat.
Nicole
Nicole


Patricia 28/12/2010 23:30


Je fais partie de ceux qui ne fuient pas. Je ne suis heureuse que si, autour de moi, près de moi, il y a des gens heureux. Ce n'est pas le cas depuis longtemps. Plus de personnes, que ne le pense
Nicole, sont conscientes de toutes les horreurs que le monde renferme. Parmi ces personnes, il y a celles qui montent au créneau, qui luttent sur les lieux où elles vivent et travaillent, puis il y
a celles plus timides, osant moins parce qu'elles pensent que, le peu qu'elles ont, elles peuvent le perdre à tout moment. Alors ces personnes-là restent tranquillement dans leur monde au milieu du
monde et attendent que d'autres combattent pour elles. Et je sais, par expérience, que ces personnes plutôt frileuses face au monde tourmenté sont reconnaissantes envers toutes celles qui osent
affronter toutes les horreurs. Donc, pour ces personnes-là, soyons forts. Car nous savons que l'intérêt général prime sur l'intérêt individuel. Car nous sommes conscients qu'un jour elles nous
rejoindront dans une lutte.
Cordialement,
Patricia


Nicole 28/12/2010 19:24


crois-tu que ceux qui sont conscients de toutes ces horreurs peuvent se regarder et dire qu'ils sont vraiment heureux ?
toi, moi et bien d'autres est-ce que nous ne le fuyons pas ce miroir ?
Bisous
Nicole


Hébergé par Overblog