Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Histoires à lire et à conter

Histoires à lire et à conter

Tout le monde aime la mer. L'eau tiède et le sable chaud, les vagues qui t'éclaboussent et parfois te roulent avant de t'emporter. L'écume qui reste sur ta peau et laisse éclater ses bulles. Mais pour moi, la mer c'est aussi un pont. Un chemin vers les étoiles lointaines qui se reflètent dans l'eau comme des diamants. Une masse bleue, ou verte, ou grise, grouillante de vie et de rêves. Les rêves des terriens qui n'ont jamais osé aller dessus. Les rêves des marins qui ne sont pas encore allés assez loin !

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #livres à venir

Le jeunot qui était à quatre pattes au-dessus de la poubelle gloussa bizarrement, se releva, fixa son chef qui donnait des instructions dans le téléphone, puis se mit, avec une nouvelle fébrilité, à passer au peigne fin le dessous de tous les meubles de l’appartement. Au troisième gloussement, Mortier termina sa conversation téléphonique, rendit son Nokia à la journaliste et s’approcha de lui, intéressé.
Le scientifique s’étira et chuchota au plus près de son oreille.
— Comme on dit dans les séries à la télé, patron, j’ai trouvé quelque chose qui ne va pas vous plaire ! C’est bourré de micros, ici !
voies-de-garage-140x225_WEB72.jpg
Il montra du doigt quelque chose qui ressemblait à un vieux chewing-gum collé sous le bureau de Marie.
— Portée, deux ou trois cents mètres…
Le capitaine se rua vers le palier en jetant un je reviens ! à la cantonade. On l’entendit descendre l’escalier quatre à quatre, happer Glaenec au passage et ouvrir à la volée la porte de l’immeuble.
— On se fait toute la rue, le petit a trouvé des micros en haut.
— Tu crois qu’ils sont encore là à écouter ?
— On tente ! 
— Et si on tombe sur des collègues ? Ils avaient bien des cartes de police, ce matin…
— Là on est mal ! Mais dans ce cas, on aura peut-être droit à des explications.
L’Audi était gris foncé et possédait des vitres fumées. Elle démarra dès qu’ils furent en vue. On les avait vraisemblablement reconnus. Deux personnes à bord. Deux ombres. Impossible de discerner leurs traits.
— 2889 GRA 94, cria Mortier à sa collègue en se propulsant d’un bond au milieu de la chaussée après le passage de la voiture.
Il renonça à la poursuivre, elle tournait déjà au plus proche carrefour en faisant hurler ses pneus, avant qu’il ait couru dix mètres. La circulation était encore fluide à cette heure-là. Il avait instinctivement porté la main à son arme, mais la retira aussitôt. Aucune raison de l’utiliser. Rien à reprocher à une voiture sortant un peu vite de son stationnement. Rien en tout cas qui justifie qu’on lui tire dessus. Juste un excès de vitesse.
Loin déjà. Le temps d’arriver jusqu’à la Peugeot de service garé dans l’autre sens… Il tourna son regard vers Lucie qui dictait une description au téléphone.
— C’est l’immatriculation d’un véhicule incendié il y a des années. Je lance la recherche. Dangereux et armés… tu es d’accord ?
Il acquiesça d’un air découragé.

Découpé dans un roman à venir...

 

Commenter cet article

Hébergé par Overblog