Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Histoires à lire et à conter

Histoires à lire et à conter

Tout le monde aime la mer. L'eau tiède et le sable chaud, les vagues qui t'éclaboussent et parfois te roulent avant de t'emporter. L'écume qui reste sur ta peau et laisse éclater ses bulles. Mais pour moi, la mer c'est aussi un pont. Un chemin vers les étoiles lointaines qui se reflètent dans l'eau comme des diamants. Une masse bleue, ou verte, ou grise, grouillante de vie et de rêves. Les rêves des terriens qui n'ont jamais osé aller dessus. Les rêves des marins qui ne sont pas encore allés assez loin !

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !
Un petit extrait que j'adore :



« La maman, du jour que le pauvre papa a été mort, qu’est-ce qu’elle s’était plu à prendre le vieux parapluie de toile noire rafistolée et à aller se caler le gras du dos dans le jardin ensemencé de frais. Elle faisait l’épouvantail. Ça lui a pris, un soir, une poignée de jours après la mort de l’Arthème, une envie, une envie de mère, couver la terre, garder le grain, le garder à l’abri des oiseaux voleurs. Des journées entières qu’elle pouvait rester là. Campée au milieu du jardin. Plus muette qu’une motte. Sauf qu’à l’apparition d’une bestiole, elle se levait d’un bond, ouvrant en même temps le parapluie d’un coup sec. Les volatiles s’enfuyaient en piaillant. Elle tournait à son tour sur elle-même en poussant des cris stridents. Lui, la Tèque, il avait vers les quinze ans la première fois qu’il la lui a surprise à ce travail. Depuis, il admirait la maman de rester des journées entières à chasser la corneille, le geai et l’étourneau. Il pensait qu’elle se consolait de la perte d’un homme besogneux. À son tour, elle s’attelait à une peine, elle prolongeait le disparu, de façon un peu baroque, certes, mais chacun sa manière de porter sa croix. À l’époque, la Tèque s’essayait au certificat d’études et à deviner le dessous des robes des filles mais il ne réussissait pas grand-chose ni d’un côté ni de l’autre. »

Le dernier de la lune,
Adeline Yzac,  Le Rouergue éditeur, 2000, ISBN 978-2-841562244

Commenter cet article

aurélie 14/03/2009 18:51

interessant !!

janmi 03/03/2009 17:47

je ne connaissais pas cet éditeur
ça m'a l'air sympa, une authenticité agréable dans la bêtise des éditions "people" qui ont tant de succès en ce moment

porteplume81 20/02/2009 16:35

je crois bien que je vais revenir lire ton blog dès que le temps me laissera un peu de loisirs ... Corry

benéval 19/02/2009 22:48

Bonjour je viens de chez Marc et je vous découvre...je suis emballée...à très bientôt donc...

fanfan 19/02/2009 19:41

elle est drôle cette histoire !!
le livre doit être intéressant!
bonne soirée

Hébergé par Overblog