Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Histoires à lire et à conter

Histoires à lire et à conter

Tout le monde aime la mer. L'eau tiède et le sable chaud, les vagues qui t'éclaboussent et parfois te roulent avant de t'emporter. L'écume qui reste sur ta peau et laisse éclater ses bulles. Mais pour moi, la mer c'est aussi un pont. Un chemin vers les étoiles lointaines qui se reflètent dans l'eau comme des diamants. Une masse bleue, ou verte, ou grise, grouillante de vie et de rêves. Les rêves des terriens qui n'ont jamais osé aller dessus. Les rêves des marins qui ne sont pas encore allés assez loin !

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !
C'était au printemps 1969, je crois ! Je devais être en seconde à Toulouse.
Un soir Claude Marti est venu chanter.

Marti, je ne le connaissais pas. Jamais entendu parler.
La langue Occitane ? Certes, elle était inscrite dans mes gènes et je l'avais entendue toute mon enfance. Tout le monde la parlait chaque jour, dans ma montagne tarnaise. Enfin, de moins en moins. Fallait que les jeunes oublient ça ! Une langue de paysans ! Et justement les paysans étaient en train de disparaître !

Alors, Marti, quand il a commencé à chanter, j'ai bien compris ce qu'il disait. Il traduisait aussi et commentait.
Il rentrait d'un voyage à Cuba et racontait comment c'était, là-bas. Un véritable espoir pour la planète. On en rêvait tous d'un pays ou le pouvoir serait partagé et où chacun aurait droit à sa juste part de richesse. 1968 n'était pas si loin...

Mais il parlait surtout de notre pays, l'Occitanie. De sa langue maltraitée, étranglée jusqu'au seuil de la mort par une république qui ne savait qu'imposer l'uniforme français à tous, Alsaciens, Bretons, Corses ou Basques, comme à nous, pour les envoyer se faire massacrer sur les champs de bataille ou au travail.

Ce soir là, nous avons compris, peu d'entre nous, peut être, que l'histoire de France ce n'était pas la nôtre. En tous cas, il y avait quelques gros trous, des gouffres, même, que certains avaient rempli de mensonges dans nos livres d'école. On avait commencé par traduire 40 ans de guerre contre l'envahisseur français par quelques lignes dans un chapitre intitulé les hérésies, ou l'on avait allègrement mélangé un peu tout ce que la sainte Inquisition avait traqué et brûlé à cette époque... Oui, ça avait mal commencé, nos relations avec la France !

En tous cas, Claude Marti, ce soir là, tu m'as fais voir ma terre d'un autre oeil. Je l'ai écoutée parler différemment. Le patois de mon grand père est redevenu ma langue, la vraie, celle qui m'unit à mon Languedoc et à toute ma planète.
C'est sûrement à cause de toi que mon premier livre, écrit pour le noël de mes enfants, je l'ai écrit en Occitan.
www.claudemarti.com/

Commenter cet article

meridionau enrabiat 16/04/2010 13:05


Moi aussi j'ai decouvert tard l'occitania, notre terre et notre langue et depuis je me bat pour notre libertat dens la diversitat! Vos rêves de hier sont les notres d'aujourd'hui et nous y
arriverons à changer ce monde qui nous détruit!

un joen d'aqui e d'alhor!


Daniel PAGES 29/04/2010 22:19



Bravo ! Gros boulot en perspective, mais j'y travaille chaque jour...



aurélie 14/03/2009 18:54

du temps de cromanion, ils auraient tué pour avoir ce joli feu de bois

janmi 03/03/2009 17:48

j'avoue que je n'ai jamais entendu parler de ces histoires là
Je vais fouiller un peu

Daniel 19/02/2009 14:17

On mesure la richesse d'une civilisation à la diversité de ses cultures... (c'est de moi :-)

Quichottine :0010: 18/02/2009 20:00

Quarante ans... et depuis, tu n'as pas oublié.

Je crois qu'il est ainsi des personnes qui marquent notre vie.

Merci à toi pour ce partage...

Même si je ne suis pas de là-bas, je comprends ce que tu peux ressentir.

Aucune langue ne doit mourir.
Aucun poète ne doit arrêter de chanter ses mots à lui, fusse pour obéir à des lois, ou pour être compris par plus de monde.

Je crois que c'est important...

Sinon, un jour, nous parlerons tous anglais, ou chinois, ou arabe... et, même si ces langues peuvent aussi "dire", nous aurons perdu notre âme, je crois.

Hébergé par Overblog