Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Histoires à lire et à conter

Histoires à lire et à conter

Tout le monde aime la mer. L'eau tiède et le sable chaud, les vagues qui t'éclaboussent et parfois te roulent avant de t'emporter. L'écume qui reste sur ta peau et laisse éclater ses bulles. Mais pour moi, la mer c'est aussi un pont. Un chemin vers les étoiles lointaines qui se reflètent dans l'eau comme des diamants. Une masse bleue, ou verte, ou grise, grouillante de vie et de rêves. Les rêves des terriens qui n'ont jamais osé aller dessus. Les rêves des marins qui ne sont pas encore allés assez loin !

Publié le par Daniel PAGES
Publié dans : #vive la vie !




Quand j'étais petit, je pensais que la tempête soufflait seulement sur la mer. Chez moi, il y avait le vent d'Autan, qui secouait de ses folles rafales les arbres et les charpentes, des jours durant.

Puis, en pays catalan, j'ai connu la Tramontane, son souffle puissant et rythmé qui vous renverse, si vous êtes à terre, et qui lève la mer puis l'envoie éclabousser les caps, sous un ciel du bleu le plus pur.

Cette nuit, à des centaines de kilomètres des rivages, j'ai écouté le vent. Portes et fenêtres closes et bien au chaud sous la couette, j'ai savouré la tempête qui hurlait dans la toiture et la cheminée.

Quel bonheur de ne pas se trouver à bord d'un bateau, des nuits pareilles !
Commenter cet article
D
Chez moi on dit que le vent d'autan rend les femmes folles ! Moi j'ai toujours aimé ce vent doux qui nous apporte des nouvelles de la mer...
Répondre
P
ton texte me parlant de vent m'a aidé à aimer ces vents qui m'énervent.........
je découvre ton blog à+
Répondre
D
C'est bien arrivé deux ou trois fois par saison que je décide de partir malgré la tramontane. J'étais un peu tendu, mais Polynia est un merveilleux voilier. Tu vois bien, on est passés et une demi-heure plus tard on se baignait à Cadaquès ou à Jonculls.
Mais chaque fois que j'entends le vent souffler en tempête je suis bien content d'être au sec !
Répondre
C
Tu te souviens d'un dimanche de juillet où tu nous emmenés sur Polynia dans un coup de tram ?
On a mis deux heures pour passer le cap Horn (celui de chez nous), et après, plus un souffle...
J'ai eu la trouille de ma vie !
Répondre

Mes livres

Lo nadal dels lops

Histoires bleu marine

Clara des tempêtes

L'île secrète

Les trésors d'Ismeralda

Jordi Pescaluna (FR)

Jòrdi Pescaluna (OC)

Les secrets d'Escondida

La Forge des mensonges

Les Orphelins du Scorff
T1 – La Cale aux rats
T2 – Le Cimetière de Creepy-Bay
T3 – L’Héritage du Capitan
T4 – Les Larmes de Fura

Des cris dans l'écume

Les Trois filles du Capitaine Imanol
1 - Les Prisonniers de Mohína
 

Hébergé par Overblog